Reconnaissance et structuration du milieu de l’improvisation québécois

La démarche

► Les origines

Tout part du sous-financement chronique dont le Théâtre de la LNI souffre depuis très longtemps, principalement en ce qui a trait au soutien de fonctionnement versé aux organismes de création et production. Si l’on ose une comparaison avec les compagnies de théâtre qui ont notre âge, notre rayonnement et notre volume d’activités, la différence est d’environ 1 pour 4. Plus de 20 ans de ce régime, ça use !

À force de revendiquer un soutien équitable, mais surtout par nos efforts afin de bien identifier pourquoi cette différence persiste, nous avons compris qu’il s’agit essentiellement d’un problème de reconnaissance de la discipline. C’est donc un enjeu bien plus grand que nous. Nous saisissons maintenant que la solution devra, elle aussi, être bien plus grande que nous ; que c’est pour tout le milieu québécois de l’improvisation et avec lui que les changements doivent se faire.

  • IMPRO SIERRA

    Le Mondial d’Impro Junior

    au Centre des arts de Shawinigan, 2018

    Photo : Source – Impro Sierra

  • LA LIM (LIGUE D’IMPROVISATION MONTRÉALAISE)

    au Cabaret Lion d’Or, 2020

    Photo : Jules Bédard

  • LA LIQ (LIGUE D’IMPROVISATION DE QUÉBEC)

    au Palais Montcalm, 2018

    Photo : Ève Dufour-Savard

  • LIGUE D’IMPROVISATION RENCONTRE THÉÂTRE ADOS

    Tournoi de la LIRTA

    au Collège Letendre de Laval, Novembre 2019

    Photo : Bastien Carrière

  • LE PUNCH CLUB

    au ComédiHa! Fest – Québec, 2019

    Photo : Source – Punch Club

  • THÉÂTRE DE LA LIGUE NATIONALE D’IMPROVISATION

    La LNI s’attaque au cinéma

    à Espace Libre, 2018

    Photo : Pascale Gauthier-D. © Théâtre de la LNI 

  • LES PRODUCTIONS DE L’INSTABLE 

    DOJO : Théâtre instable

    au Atomic Café, 2018

    Photo : Source – les Productions de L’Instable

  • THÉÂTRE DE LA LIGUE NATIONALE D’IMPROVISATION 

    Saison de la Coupe Charade 2019

    au Club Soda, 2019

    Photo : Catherine Asselin-Boulanger © Théâtre de la LNI

► Les objectifs

C’est donc pour la santé du milieu de l’improvisation dans son ensemble que nous travaillons ;

  • pour qu’il puisse s’épanouir sans réserve et sous toutes ses formes ;
  • pour que tous ceux et celles qui pratiquent l’improvisation (jeunes, amateur·e·s, adultes et professionnel·le·s) puissent avoir accès à un encadrement de qualité, à des formations pertinentes et à des informations détaillées sur la discipline, son enseignement, ses différentes incarnations à la scène ;
  • pour faire en sorte que les artistes et les troupes qui y aspirent puissent se professionnaliser ;
  • pour que l’on puisse gagner convenablement sa vie en pratiquant cette discipline de l’improvisation ;
  • pour que ceux et celles qui le souhaitent puissent produire dans des conditions décentes et égales aux normes de l’industrie, dans des salles de spectacles convenables avec des équipements adéquats ;
  • pour faire en sorte que le Québec soit l’endroit dans le monde où l’improvisation est la plus développée, la plus innovante ;
  • pour que nous soyons réellement et entièrement ce que nous devrions être depuis très longtemps : l’avant-garde mondiale en improvisation !

► Le chemin vers la structuration

Pour toutes ces raisons, nous avons cru bon prendre temporairement le leadership de ce mouvement, jusqu’à ce qu’une autre organisation puisse prendre le relais. Pas parce que nous sommes meilleurs que les autres. Nous sommes bien conscients que nous ne pouvons parler au nom de ce beau et grand milieu protéiforme de l’impro. Mais parce que plusieurs, le gouvernement, entre autres, nous interpellent comme répondant pour le milieu. Nous avons donc pris le taureau par les cornes et osé entamer une démarche qui, on le souhaite, aura un impact positif sur tout le milieu.

D’un manifeste déposé en 2016 dans le cadre du renouvellement de la politique culturelle du Québec, et qui a mené à un vote à l’Assemblée nationale pour la reconnaissance de la discipline, nous avons maintenant réussi à faire produire deux rapports (sur le milieu du spectacle d’improvisation ainsi que sur la pratique en milieu scolaire québécois). Ceux-ci sont développés en consultant les acteurs du milieu et accompagnés de plans d’action qui incluent tous deux la mise sur pied d’un organisme rassembleur (association) pour représenter et offrir des services au milieu québécois de l’improvisation théâtrale. Comme évoqué dans les rapports et les plans d’action, nous sommes d’avis que ce nouvel organisme doit être indépendant du Théâtre de la LNI et représenter le tout le milieu. En attendant sa mise sur pied, nous avons réservé pour lui les noms de domaine improvisation.quebec et impro.quebec, qui pourront être entièrement administrés par l’organisme qui en sera propriétaire.

► Et maintenant ?

Au moment d’écrire ces lignes, une demande de soutien est évaluée afin que soit faite une étude de faisabilité pour la création d’une association québécoise de l’improvisation. Nous imaginons qu’une fois créée, ladite association pourra veiller à bien identifier les besoins du milieu, à faire les démarches nécessaires (politiques, entre autres) pour bien répondre à ces besoins et qu’enfin, ces efforts de structuration puissent mener à un financement et un soutien adéquats du milieu québécois de l’improvisation.

Plus précisément, une fois l’association créée, elle pourra veiller, selon la mission définie par les administrateurs et à la suite de consultations, au développement et au rayonnement de la discipline, à la valorisation du milieu et de ses membres, à offrir un bouquet de services, à faire de la représentation gouvernementale, à siéger sur différents comités, à l’enrichissement des connaissances, à la mise en branle du Sommet québécois de l’improvisation, etc. (voir plans d’action)

Rappelons simplement ici les souhaits énoncés dans le manifeste déposé en 2016, puisque, encore à ce jour, nous avons ce même désir et qu’il n’est pas comblé : nous appelons le gouvernement du Québec à reconnaître formellement, dans le cadre de la Politique culturelle, l’improvisation théâtrale comme une discipline à part entière et à adapter ses programmes et ses outils de soutien pour assurer la consolidation de ses acquis, son rayonnement et sa pleine évolution.

Reconnaissance et structuration du milieu de l’improvisation québécois